Le virage

Le virage

(texte et mélodie Jean-Michel FREDERIC)

Creative Commons License

Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Moi qui ai toujours rêvé de devenir un artiste
Avec des chansons des vraies, sur l’amour qui rend triste  .
La larme au coin de l’œil et mon stylo cassé,
Je veux écrire un rêve beau à vous faire pleurer.
 

Perdue dans les effluves d’un songe  à peine commencé
Ma bien aimée a raté un virage et s’est tuée.
Après l’autopsie du corps le toubib m’a dit :
"Malgré l’odeur faisandée on devinait le whisky".
 
Je comprends bien cela, elle était bien imbibée,
A tel point que ça puait encore
Quand les flics l’ont retrouvé, trois jours après.
 

 
Ils m’ont prié c’est dur de reconnaitre son corps.
J’ai bien été ennuyé : j’ai toujours eu peur des morts.
Ils ont soulevé les draps, c’était bien elle qui était là.
J’ai reconnu son odeur, elle a toujours été forte.
 

J’ai sauté dans les bras du mec en blanc étonné.
Sous l’drap ça avait bougé et  j’osais pas regarder.
Il m’a r’posé parterre et j’ai vu que c’était un pied,
Avec deux trois asticots qui v’naient de se décrocher.
 

Il m’a ’dit regarde encore et dans un élan brutal
J’ai repensé à nos nuits d’amour...
En reprenant du courage : et j’ai dégueulé.
 
 

 
Gentiment ils m’ont dit  "y d’la famille à prévenir,
Vous devriez vous bouger on veut pas vous retenir".
J’ai pas peur des corvées  quand faut y aller faut aller.
J’ai demandé dans la rue : personne pour me remplacer.
 

Au bout de 10 minutes pétrifié devant la porte,
J’arrivais pas à sonner j’avais bien trop la tremblote.
J’me trouve en face d’un type avec une gueule de boucher.
Il m’dit "Si c’est pour du fric, petit con t’a qu’à travailler."
 
J’y ai pris du plaisir et j’lui ai dit
"Mon colon, ta fille elle est à la morgue".
 

Il m’a r’gardé d’un air con : c’était pas le bon !
 

 
J’ai mis pas loin de 3 heures pour trouver la vraie baraque.
Je m’suis planté 18 fois, faut dire que j’étais patraque.
J’suis tombée sur son père il m’dit "Petit viens boire un pot.
C’est l’plus beau jour de notre vie : on a gagné au loto".
 

Il me dit "Tous les bateaux, tous les oiseaux, les soleils.
On va pouvoir s’les payer". J ai dit "Rajoutes un cercueil".
Il m’a r’gardé tranquille et m’a dit "Ben merde alors !
On a déjà fait les parts, plutôt que de les r’faire encore.
 

J’te file 300 millions" Et c’est pour ça qu’en hommage
à celle que j’aimais ; j’ai racheté le virage
Qui m’a rendu riche.


Remerciements

Merci à Jimmy Lecas pour l'enregistrement en studio (1983).
 
Merci à Rosemary D qui a pris le temps de copier le texte afin que cette chanson ait sa propre page (2014).
 
samedi 8 février 2014
par jmfre
popularité : 4%


Ajouter un commentaire

4 messages

posté le 9 février 2014 à 9h46 par Syrca

Bravo à Rosemary pour la recopie des paroles. Super travail :-)


posté le 10 février 2014 à 20h55 par Romy
posté le 9 février 2014 à 9h39 par sylviane

géniale cette chanson ! comme son auteur !


posté le 9 février 2014 à 18h55 par jmfre

Je te remercie Sylviane
(Un peu de soleil du Var, ça fait du bien).
Bonne soirée
Jean-Michel